Fuck You.

Heu, oui, vous avez bien lu. Fuck You. Ici sur mon joli et gentil blog qui a pour vocation de vous faire voir la vie en rose ? Et bien oui ! Mais pas n’importe lequel. Un beau Fuck You tout rose. Parce que cela fait souvent du bien de le dire, et qu’on peut apprendre à le faire avec joliesse.
 J’ai testé la Fuckyoutherapy dans sa version soft, il y a deux mois, avec certaines de mes collègues qui, comme moi, étaient au bord de la crise de nerf. Dans mon Pinterest boulimique, je n’ai pas eu trop de difficultés à trouver et choisir les plus fleuris et les plus élégants. Je les ai imprimés et distribués comme autant de comprimés de médecine douce. Résultats immédiats. L’image ci-dessus provient de Love this pic
Donc j’ai récidivé : j’ai acheté ce gnome en guise de souvenir de mon séjour au bord de mer. Bientôt, il trônera sur la cheminée de ma salle à manger. Et puis, comme je suis encore en vacances, j’ai décidé de vous envoyé ce cliché en guise de carte postale. Parce que là aussi, j’ai pu dire Fuck you au stress et complètement déconnecter.

Mon nain est une copie des mille nains bleus de l’artiste allemand Ottmar HORL qui a placé son installation en 1994 à Seligenstadt. Ils sont apparus de façon inattendue dans différentes parties de cette ville, laissés à leur sort puis petit à petit « volés ». Cette volatilisation faisant partie intégrante du projet artistique…

 

Et pour terminer, voici le lien de mon album « Fuck You Therapy » sur mon Pinterest, là où vous ne trouverez que des morceaux soigneusement choisis pour vous : doux, mignons, élégants et poétiques… A consommer sans modération dès que le besoin s’en fait ressentir. Et à partager avec largesse !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • La revue culottée – Il fée beau 8 mars 2018 at 10 h 32 min

    […] Acte 8 est en effet une « publication annuelle qui questionne le genre en région hutoise ». Si la petite équipe de femmes mais aussi d’hommes qui se sont réunis autour de ce projet souhaite susciter le débat à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, c’est aussi dans la durée qu’ils veulent ouvrir un espace de réflexion, de partage et de discussion, sur papier et sur la toile… Très vite est apparu pour eux l’importance d’élargir leur propos à la question du genre : « Celle-ci touche à la fois l’intime et la norme sociale. Un thème complexe et fondamental dans les récits de quête du bonheur et de liberté ». Tout un programme proposant des textes plutôt sérieux, parfois ardus, des illustrations, des photos… Mais acte 8 ne vous propose pas seulement de lire et de regarder, il vous invite aussi à agir et ce de manière plutôt ludique. J’adore particulièrement les dessins à colorier de Laura David, douce provocatrice qui me font penser à ma fuckyou-thérapie… […]

%d blogueurs aiment cette page :