Le temps des lilas

Qu’il est beau ce lilas qui fleurit dans nos jardins et sur Instagram. Profitons des derniers jours de sa floraison pour cueillir un dernier bouquet qui embaumera généreusement la maison mais aussi pourquoi pas, retrouvons et apprenons des gestes simples en récoltant les mille et une fleurettes pour en faire quelques recettes. Je vous partage ces quelques classiques que vous pouvez vous approprier et adapter à vos envies.

Ce matin, j’ai préparé du sucre de lilas. Très simple et délicieux pour accompagner un fromage frais, sur des fraises ou pour sucrer un jus de citron fraichement pressé. Mais Il parait que c’est également divin dans une tasse de café, surtout si vous y ajoutez des fleurs cristallisées. Dans un bocal bien propre et sec, vous alternez une couche de sucre avec une couche de fleurs de lilas (sans les pédoncules), que vous aurez au préalable lavées et séchées. Vous secouez et laissez reposer dans un endroit sec pendant 2 ou 3 jours. Vous pouvez ensuite tamiser et conserver ce sucre dans un joli bocal. S’il reste humide, enlevez le couvercle quelques jours. Pour les fleurs cristallisées, il faut beaucoup de patience : à l’aide d’un pinceau, vous recouvrez délicatement les fleurs, une à une, avec du blanc d’oeuf puis du sucre. Vous les placez ensuite sur du papier sulfurisé dans un four tiède (100 degrés environ), porte ouverte, durant 15 minutes.

Comme je suis gourmande mais aussi coquette, j’en ai profité pour improviser un gommage. J’adore les gommages au sucre de Rituals qui rendent ma peau extrêmement douce mais j’avais envie d’en faire moi-même, dans une démarche zéro déchet et do-it-yourself. C’était l’occasion ! J’ai pris la moitié de ma préparation de sucre au lilas encore toute fraiche et je l’ai mixée avec un peu d’huile végétale. J’aime utiliser l’huile de pépins de raisin qui est très neutre au niveau de l’odeur et qui présente des vertus régénératrices pour la peau tout en étant désincrustante. C’est une sage-femme m’initiant au massage bébé qui m’avait conseillé d’acheter l’huile de pépin pour fondue dans mon supermarché, vous pouvez lui faire confiance ! Pour le gommage, comptez une proportion d’environ 20 ml pour 100 grammes de sucre que vous mixez avant de mettre dans un bocal. Ce soir, je le teste dans mon bain et si je suis convaincue, je ferai des petits pots pour offrir.

Dans la foulée, j’ai fait un macérât de lilas. Dans un bocal, j’ai mis une grappe de mon beau lilas (il faut également détacher soigneusement les fleurs de leur pédoncule) que j’ai recouvert d’huile végétale. Ici à nouveau, vous choisissez votre huile préferée : argan, amande douce ou pépins de raisin.  Au soleil durant au moins 4 semaines avant d’être filtré, le macérât sera ensuite conservé dans un récipient en verre ou en grès, bien propre. J’aime cette technique qui consiste à mettre le macérât au soleil, je fais du macérât de lavande ainsi depuis des années, mais d’autres préconisent l’obscurité. A vous de trouver ce qui vous convient le mieux. C’est la première fois que j’utilise le lilas, préconisé pour soulager les rhumatismes. Je me réjouis de tester ma potion d’ici quelques semaines.

Si j’ai le temps et si la pluie n’abime pas les fleurs qui restent sur l’arbre, j’aimerais faire une gelée de lilas. Ici aussi, à chacun sa recette. Prévoyez entre 100 et 150 grammes de fleurs de lilas (soigneusement lavées et sans pédoncules), 250 ml de vin blanc moelleux et 250 ml d’eau. Portez à ébullition puis laissez mijoter pendant 15 minutes. laissez reposer 12 heures puis filtrer à travers un tamis, en pressant bien les fleurs pour en extraire tout le jus. Pesez le liquide et rajouter la même quantité de sucre de canne,de sucre cristallisé ou de sucre gélifiant au choix. Certains rajoutent de l’agar agar.

Et voici une dernière potion pour la route : le vin de lilas. Je prends la quantité de  5 grappes de fleurs de lilas (vous savez bien maintenant : soigneusement lavé et sans leur pédoncule), 75 cl de vin rosé, 40 cl d’eau-de-vie et 350 g de sucre. Vous laissez macérer dans un bocal soigneusement fermé, tout en mélangeant régulièrement. Et au bout de 10 jours, vous pouvez filtrer puis déguster ce breuvage ensorcelant (c’est encore meilleur si vous le partagez).

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

%d blogueurs aiment cette page :